Punaise verte à raies & rouges ou blanches

Eurydema oleracea (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Hemiptera Famille : Pentatomidae Sous-Famille : Pentatominae Tribu : Strachiini Genre : Eurydema

  • 414
    observations

  • 94
    communes

  • 51
    observateurs

  • Première observation
    2004

  • Dernière observation
    2024
Abiven Thomas - Aubry Tatiana - Benaiche Lucas - Bizart Carole - Bourderionnet Guy - Bouvin Laurent - Brook Shamgar - Cadino Jean-baptiste - Charpin Magali - Claude Huguette - Corail Marc - Corbineau François - Corjon Jonathan - Coulon Frederic - Cretin Sylvain - D'accunto Andrea - D'onofrio Patrice - Deffarges Joss - Desprez Jean-marin - Drouard Françoise - Eon Agathe - Fabrice Jullien - Fievet Claude - Filloleau Ludovic - Frenoux Jean-marie - Galli Martin - Garnier Matthieu - Giffon Pierre - Grimaud Sylvain - Grundy Charles - Havet Frédéric - Janiaud Joseph - Jouvenez Gaëtan - Kern Patrick - Lallemant Jean-jacques - Le Roy Éric - Lemoine Vincent - Louvel Thiery - Lux Thomas - Martin Alexandre - Martin Jean-jacques - Mercier Paulin - Morel Stella - Olioso Georges - Prache Anne - Pélissié Mathieu - Rouillere Aloïs - Ruchon Emmanuel - Serie Marie-george - Siraud Aurélien - Zwank Aline Et François-marie

Informations sur l'espèce

Taille : 5 – 7,5 mm

Diagnose :
Petite punaise de coloration générale bleu-vert foncé à reflets métalliques, bariolée de taches claires rouges, orange ou blanches. Corie (partie sclérifiée de l’aile antérieure) dont la partie centrale (mésocorie) porte une seule tache claire. Pronotum entouré par un liseré clair, avec une ligne médiane claire formant 2 fenêtres sombres

Détermination : Simple.

Espèces proches :
Malgré des variations importantes de ses couleurs et de la forme de ses taches (30 formes connues), cette espèce globalement verte avec une seule tache sur les mésocories, est l’une des plus faciles à identifier dans le genre
Eurydema.

Période d’observation :
Mars à novembre, avec 2 pics importants en mai et août.

Biologie-éthologie :
Elle s’alimente sur les fruits d'une cinquantaine de genres de crucifères. Son régime alimentaire a bien été étudié en raison des dégâts qu’elle peut causer aux cultures de choux. Elle est aussi parfois rencontrée ponctuellement sur des graminées et des Asteracées.

Biogéographie et écologie :
Espèce eurosibérienne présente dans le sud de la Grande-Bretagne, elle remonte au nord jusqu'en Suède à 65° de latitude nord et à l'est jusqu'en Chine et dans toute la Sibérie. Elle est également présente en Afrique du Nord. Elle peut atteindre localement 2 100 m d’altitude et vit dans une large gamme d’habitats : cultures de choux et autres crucifères comestibles (navet, moutarde, colza), friches et prairies fleuries, landes et lisières forestières, bords des chemins, pelouses rases, dunes, marais, bords de rivière boisés, terrains vagues, parcs et jardins. C’est une espèce très commune avec des densités parfois localement importantes, notamment dans les cultures de crucifères.

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Cimex oleraceus Linnaeus, 1758 | Eurydema oleraceum (Linnaeus, 1758) | Eurydema oleraceum var. variventre Rey, 1887 | Pentatoma oleraceum (Linnaeus, 1758)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles