Eurygaster maura (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Hemiptera Famille : Scutelleridae Genre : Eurygaster

  • 293
    observations

  • 96
    communes

  • 48
    observateurs

  • Première observation
    2017

  • Dernière observation
    2024
Abiven Thomas - Aureglia Louis - Barthélemy Eric - Benaiche Lucas - Bizart Carole - Bompar Jean-michel - Bouvin Laurent - Brook Shamgar - Charpin Magali - Claude Huguette - Corail Marc - Corbineau François - Deffarges Joss - Delaby Camille - Desprez Jean-marin - Drouard Françoise - Fache Marie-pierre - Fagart Sylvain - Filloleau Ludovic - Galli Martin - Garnier Matthieu - Giffon Pierre - Gnagni Rudy - Grimaud Aurélien - Grimaud Sylvain - Hallot Jacques - Havet Frédéric - Janiaud Joseph - Jouvenez Gaëtan - Lallemant Jean-jacques - Lemoine Vincent - Louvel Thiery - Lux Thomas - Martin Jean-jacques - Monteil Michel - Morel Stella - Mourgues Yannick - Nogues Bernard - Rivier Clément - Rouillere Aloïs - Schont Andre - Serie Marie-george - Souret Luc - Stenou Boris - Tcheng Emmanuel - Tessier Marc - Venel Pierre - Zorzi Aurélien

Informations sur l'espèce

Taille : 8 – 11 mm

Diagnose :
Punaise ovale, dont le scutellum recouvre les ailes et l’abdomen en atteignant son extrémité. Sa coloration est variable allant de l’ocre-clair au marron foncé avec parfois des motifs géométriques plus foncés mais peu contrastés. Les bords latéraux de son pronotum sont droits, ses angles huméraux arrondis, et ses joues (jugas) ne se rejoignent pas devant son nez (clypéus).

Détermination : Moyennement difficile.

Espèces proches :
Elle se distingue d’Eurygaster hottentotta et Eurygaster austriaca parce qu’elles ont le clypéus enclos par les joues, et d’Eurygaster dilaticollis qui a les bords latéraux de son pronotum convexes et non droits. Elle se distingue d’Eurygaster testudinaria par la taille de son article antennaire II presque deux fois plus long que l’article III (1,4 fois plus chez E. testudinaria), les angles huméraux de son pronotum moins saillants, et son clypéus au même niveau que les jugas à l’apex, alors qu’il est en retrait chez E. testudinaria.

Période d’observation :
Avril à Septembre, avec un pic en juin.

Biologie-éthologie :
Elle vit sur beaucoup d’espèces de graminées. Elle peut se déplacer sur de longues distances et s’attaquer aux cultures céréalières de blé, orge, avoine, seigle, millet ou maïs dans le sud de la Russie et en Turquie.

Biogéographie et écologie :
Espèce ouest-paléarctique rencontrée à l'est jusqu'en Iran et au Turkménistan. Elle est présente en Grande-Bretagne seulement au sud de Londres, en Suède jusqu'à 56° de latitude nord, et jusqu'à 60° en Finlande. On la trouve dans les prairies sèches incultes, riches en graminées, les bords des chemins, cultures, garrigues, landes, friches et lisières forestières. Elle est très commune mais se raréfie en allant vers le nord.

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Cimex maurus Linnaeus, 1758 | Eurygaster maura var. picta (Fabricius, 1803) | Eurygaster minor Montandon, 1885 | Tetyra maura (Linnaeus, 1758) | Tetyra picta Fabricius, 1803

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles